Catégories
Artisans

La guinguette transfigure La Rainette !

Carton plein samedi soir pour la première soirée guinguette de la saison estivale.

En arrivant au niveau du portail, la première chose qui saute à l’oeil, c’est la construction des lieux en 3 plans : au premier, une file de 25 personnes qui disparaît dans la brasserie, au second sur l’île centrale des tables bondées face à la scène, et au troisième derrière le pont-levis, un champ lui-même rempli de groupes attablés.

Quelques danseurs, dont de nombreux bambins et un yorkshire nain. Il fait un beau soleil de soirée, et la salsa cubaine de La Isabelica assaisonne le tout en couvrant le bruit de l’eau. Réaménagé, agrandi, bondé, le site est comme nous ne l’avons jamais vu. Bref, nous n’avons même pas le quart d’heure charentais réglementaire, et déjà, les rives du Bandiat n’ont plus rien à envier aux bords de Marne !

Alors que rappliquent deux maires-adjoints avec un renfort de tables municipales, Julia et Simon, les jeunes repreneurs, se font désosser, livrant partout escargots et planchas de charcuterie-fromage. Ils avaient prévu 100 visiteurs, ils en auront plus de 250. Les 120 bouteilles de Rainette mises au frais partiront en moins de deux heures. Au-delà, il faudra passer à la pression, une des nombreuses nouveautés que le couple a introduit à la brasserie.

Esprit familial

La moitié des présents environ étaient des Chazellois, le solde étant constitué de Charentais « plutôt locaux » (Britanniques indigènes compris), du Rupificaldien à Angoulême, sans oublier la bande de Charente limousine, venus prêter main-forte aux brasseurs dont c’est là le berceau.

Habitant à 200 m de là, Samuel Montexier, sculpteur habitué du moulin de la pierre de Vilhonneur, parle en connaisseur : « Je jouais ici quand j’étais enfant, sur le moulin en ruine. Le voir en vie aujourd’hui, c’est un réel bonheur. Et l’ambiance ici ce soir est très particulière, il se passe quelque chose de magnifique, il n’y a pas que le site». Son pote « Rascasse » opine, séduit par ce lieu qu’il découvre, comptant bien voir avec les brasseurs avant de partir si son propre groupe pourrait venir jouer un soir.

Un peu plus loin, on croise les voisins immédiats du moulin. Ils sont ravis de voir arriver un peu de vie dans le bourg, avec l’arrivée de « gens très sympathiques ». On en profite pour leur poser la question qui fâche, sur l’impact sonore en face de chez eux. La réponse est unanime, il n’y aura pas de dépôt de plainte à craindre de ce côté là : « Nous avons été jeunes aussi ! ».

A deux pas, Didier, le boucher-buraliste chazellois, salue en commerçant le sens du service des brasseurs : « Simon est souvent passé à table voir si tout allait bien. On a pris plusieurs fois des escargots et Julia s’est attachée nous les faire bien chauffer… Le service est impeccable, malgré le monde ! ».

Du tour des tables, en français, en anglais et même en américain, l’unanimité se fait autour du triptyque « lieu-affiche musicale-Rainette ». A ceux qui connaissaient déjà et redécouvrent s’ajoutent ceux que les néo-brasseurs ont su attirer en frayant dans la vie cantonale ces derniers mois. A l’évidence la greffe a pris, et la saison est lancée !

Pratique
Prochaine soirée guinguette le vendredi 23 août, avec jambon grillé (repas sur réservation). Horaires d’été de la brasserie : du mercredi au samedi de 15 à 20 heures jusqu’au 24 août. Contact : 06.72.92.35.51.

Par Niels Goumy

Journaliste et éditeur de presse, Chazellois depuis 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *