Catégories
Rencontre avec...

Un tour des communes au service de la planète

Quand il est arrivé là l’autre soir vers 20 heures, face à ce vieux moulin chazellois, après avoir longé le Bandiat sur son vélo couché, Hervé Ridard n’imaginait pas qu’il allait tomber sur des Charentais limousins, après avoir justement bouclé la traversée de toutes les communes de Charente limousine. Julia et Simon Rioux, jeune repreneurs de la brasserie La Rainette, l’ont accueilli pour la nuit, l’occasion de découvrir son histoire de baroudeur.

Tout commence en 2011, où suite à un accident de moto, Hervé Ridard passe par une phase de rééducation qui lui interdit de reprendre le guidon. « Je me mets alors au vélo qui lui ne m’est pas interdit, et je découvre une toute autre façon de rencontrer les gens ! ». Un tel bonheur à renouer avec son prochain, la joie aussi de s’en sortir bien, l’incitent à pousser l’avantage, et le voilà parti pour une traversée des 1.270 communes bretonnes à vélo !

Cette formalité accomplie, le Breton se met en tête de boucler un tour de France un peu spécial : il sera en solitaire, sans assistance mais par étapes (pas d’une seule traite), et il consistera à traverser toutes les communes de France. Sans en laisser une de côté. La cause est entendue, ce sera celle de sensibiliser à la menace des déchets, au recyclage, à la préservation des ressources, Hervé étant un écologiste dans l’âme. Il fonde alors l’association Recycl’Art (1), investit ses économies dans un vélo à 5.000 euros et décide de « dédier le reste de sa vie à ça ».

Une véritable aventure humaine pour cet homme né en 1968, se revendiquant « citoyen du monde » et qui semble vraiment comblé par l’expérience. « Mon message sur les déchets et la nature est illustré par mes pratiques de voyage : je ramasse en chemin les déchets que je trouve (rien de plus simple en vélo couché) et je prends dans la nature mon repas les jours où je ne trouve rien d’autre » raconte Hervé doucement, persuadé que « ce qu’on fait, la nature nous le rend toujours » et qui a pris des cours de cuisine sauvage.

Vallons et brins d’aillet

L’aventure humaine est dense raconte Hervé : « Nul besoin d’aller au bout du monde pour vivre des rencontres fortes ». Il ne se souvient pas de galères, d’aucun matin sans l’envie de repartir, et trouve un accueil au sec presque tous les jours. La route constitue presque une thérapie pour cet ancien mécano, imprimeur puis cantonnier municipal : « Moi qui suis très timide au départ, je ne me reconnais pas tellement j’ai rencontré du monde ! ».

De la Charente limousine, il retiendra les brins d’aillet (c’était la saison), les vallons bien sûr (même si ce non-sportif d’origine n’a jamais trouvé que pédaler soit fatigant) et un dynamisme social. « Je vais vraiment partout, dans chaque commune, même si on me dit d’avance qu’il n’y a rien… Franchement, la Charente limousine est bien vivante par rapport à d’autres départements ruraux ! » certifie le Breton.

Arrivé fin mai en Charente et reparti fin juin, Hervé Ridard en a parcouru la partie est (de la Charente limousine au Blanzacais). Il reviendra en septembre pour boucler la partie ouest. Faites lui bon accueil !

(1) recyclart68@gmail.com et « Asso Recyclart » sur Facebook.

Le « tour » d’Hervé en chiffres

Entre 50 et 100km parcourus chaque jour
Une dizaine de communes par jour
Budget prévu de 10 euros par jour « mais certaines journées ne coûtent rien ! »
36 jours en moyenne pour un département
366 communes charentaises (au 1er mars 2019) contre 404 en 2015
34.967 communes françaises (au 1er mars 2019) contre 36.658 en 2015
15 ans : le délai programmé pour boucler le « tour des communes »

Par Niels Goumy

Journaliste et éditeur de presse, Chazellois depuis 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *