Catégories
Non classé

Le site Sucal dans le bain des énergies vertes

Fermée depuis l’été 2009, l’usine chazelloise de baignoires a commencé sa reconversion, sous la houlette de Dominique Gourinchas, qui mise sur des activités liées au développement durable.

Après avoir dirigé 30 ans l’entreprise Sama à Champniers, concessionnaire de chariots élévateurs Still, qu’il vient de revendre à la marque, Dominique Gourinchas ne pouvait envisager la retraite. Habitant à St-Germain-de-Montbron, il connaissait bien l’usine chazelloise dont le directeur est son beau-frère. « Je passais devant matin et soir, il y avait un aspect familier fort, et je n’envisageais pas qu’elle puisse être laissée à l’abandon » explique-t-il.

En novembre, il rachète donc le site de 15.000m2 dont 6.700 couverts. Sa première idée est lumineuse : installer une centrale photovoltaïque (lire encadré). « J’espère pouvoir livrer les premiers KW à EDF au premier trimestre 2011 ».

Reste que ce projet, s’il occupe les toitures et doit déjà permettre de rentabiliser l’achat du site, laisse l’usine libre. La deuxième idée est donc de louer les locaux « aussi bien 200m2 que 4.000, que ce soit des bureaux, des entrepôts ou autres… ».

Vélos électriques près de la Coulée verte

Dernière locataire en date, soutenue par Dominique Gourinchas qui l’hébergera gracieusement la première année, Françoise Fort se lance dans la vente de vélos à assistance électrique. Une activité que cette tenancière de 2 gîtes à Charras a développé après avoir d’abord acheté 5 vélos pour ses hôtes.

« Après en avoir vu plusieurs, j’ai choisi le concepteur Véloscoot, à Cissé dans la Vienne, car il fait évoluer sans cesse ses modèles et a opté pour des batteries nouvelle génération, plus performantes et moins lourdes ». Le potentiel est là : elle a déjà vendu 21 vélos depuis mi-mars, après avoir participé à 3 foires (Charras, Feuillade et Angoulême).

« Le plus compliqué est de faire monter les gens dessus, après ils sont bluffés. Et le marché est dopé par la prime régionale votée en février, qui couvre 40% de l’achat ». Son activité pourrait à l’avenir être étendue à la location suggère Dominique Gourinchas. La Coulée d’Oc qui passe à Chazelles et le projet municipal de la raccorder au bourg pourrait fortement y inciter.

Une aubaine pour le restaurant local

Arrivé il y a 15 jours, Fauvel Formation loue 1.000m2 de parking, où elle a dessiné une piste d’essais. Cette société basée à Bergerac rayonne sur tout le Grand Sud Ouest sur la formation à la conduite poids lourds et engins de travaux publics.

« Nous avons depuis 3 ans un centre de formation sur la zone des Montagnes à Champniers. Mais nous n’avions pas de piste dans le département, ce qui nous obligeait à nous déplacer à Poitiers ou Niort pour les exercices pratiques » explique Frédéric Biche, responsable régional.

L’entreprise a signé un bail provisoire de 6 mois, dans l’attente d’une piste définitive sur la zone des Loges au Puy-de-Nanteuil. Ses élèves viendront une journée à Chazelles 2 à 3 fois par semaine, une aubaine pour le commerce local, le restaurant du bourg notamment.

Arrivée en janvier, la société EBS 16 vient d’être créée par les frères Crezeau, positionnée sur le négoce de gros de batteries industrielles. Thierry Crezeau, 30 ans de métier, revendique parmi ses premiers clients les cognacs Hennessy et les chariots élévateurs Still et Fenwick à travers leurs représentants locaux Sama et Manuchar.

Dominique Gourinchas continue de prospecter. Il adopte une démarche d’accompagnateur de projets plutôt que de simple loueur de locaux : « J’ai des capitaux, un réseau et des idées. Je n’exclus pas de monter au capital de certaines entreprises hebergées ici » explique-t-il, lorgnant déjà du côté des frères Crezeau et de Françoise Fort.

Le solaire sur les rails

Dominique Gourinchas peaufine actuellement son projet de centrale photovoltaïque qui doit couvrir 3.600m2 de toitures, la moitié exposée au Sud de la surface totale, pour une production de 500.000 KW annuels. L’investissement est de 2 millions d’euros. Un contrat de 20 ans sera signé avec ERDF, à un tarif de rachat fixé à 0,42 euros le KW. Un seuil récemment abaissé par la loi, «ce qui ramène la durée d’amortissement du projet de 8 à 11 ans, et m’a incité à renoncer à une activité complémentaire d’installation pour le compte d’autres entreprises». Le chantier doit débuter en septembre pour s’achever en décembre, avant un raccordement au réseau au 1er trimestre 2011, via un poste haute tension interne à Sucal, qui était une entreprise électro-intensive.

Par Niels Goumy

Journaliste et éditeur de presse, Chazellois depuis 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *